Allaiter en travaillant

Ceci n’est qu’une expérience parmi d’autres, pour aider les mamans qui souhaitent poursuivre l’allaitement en travaillant. J’aurai aimé trouvé plus de témoignages de ce genre quand j’en cherchais, alors si mon expérience peut aider ne serait-ce qu’une personne, tant mieux.

Si on m’avait dit il y a deux ans que j’allaiterai au delà d’un an, j’aurai bien ri.
Mais voilà, quand on vit les choses simplement, sans programmer, sans prise de tête, la vie est surprenante et surtout plus facile.

Ça s’est fait naturellement, quand j’ai repris le travail je savais ce que je voulais, je voulais continuer, je voulais que ma princesse puisse en profiter aussi en mon absence. Ce qu’il faut pour y arriver :

Le soutien du papa :

Primordial, le soutien du conjoint est ce qui vous aidera à tenir le coup les jours où vous serez un peu en dessous. L’impliquer dans la préparation du sac le matin, l’informer sur les délais de conservation par exemple, bref l’impliquer ! C’est valable pour l’allaitement en général, et bien sûr pour tout ce qui concerne l’enfant.

Le matos :

Alors ni une ni deux, le z’homme étant aussi motivé que moi, nous avons investi dans un tire-lait de compét’, le Freestyle de Medela.
freestyle

Bien sûr, tout le monde ne souhaite pas investir autant, et il existe des modèles moins cher. Il faut toutefois prendre en compte qu’il vaut mieux un tire-lait électrique double pompage (gain de temps énorme), et que les meilleurs dans le domaine sont ceux de Medela. Ils font le Swing Maxi qui est plus abordable. Vite rentabilisé, je vous assure.

 

Le stockage:

Dans le frigo de votre entreprise, s’il y en a un, et une petite glacière pour le transport travail-maison.

Pour ma part, peu confiante dans l’hygiène du frigo commun, et aussi peu désireuse d’aiguiser la curiosité des plus machos du coin (et il y en a un paquet où je suis…), j’ai trouvé la solution grâce aux conseils avisés d’une amie : une petite glacière rigide Coleman que connaissent bien les calédoniens, 3 pains de glace, et voilà mes 4 biberons bien au frais jusqu’au soir. Température vérifiée, toutes les conditions de conservation sont respectées. Ainsi, le soir, je mettais tout ça au frigo pour le lendemain, et si surplus il y avait, je congelais.

 

L’organisation :

J’ai prévenu mon patron un peu avant mon retour que je comptais utiliser l’heure d’allaitement à laquelle la loi m’autorisait. Pas de local prévu à cet effet, mais je me suis débrouillée avec les moyens du bord.
Chaque matin, une tétée de petit-déjeuner avec le Mogwaï avant de se dire au revoir, vers 6h30 et me voilà partie. Un tirage le matin à 9h30-10h, en 10 minutes merci le Freestyle, à l’abri des regards, dans une salle inutilisée. La complicité de quelques collègues chargées d’empêcher les gens d’entrer si besoin. Et voilà.
Le midi, retrouvailles câlins avec le Mogwaï, une tétée, et c’est reparti. Un tirage l’après midi, environ 2-3h après. Puis 2h après, tétée de retrouvailles avec l’héritière.

Sur 4 biberons j’en donnais 3 pour la journée, cela à la demande des nounous : 1 matin, 1 après midi et 1 de secours.
Le zhomme m’aidait chaque soir en nettoyant et séchant les éléments du tire-lait, et en préparant le tout pour le lendemain. Chaque vendredi, je congelais d’office, et je décongelais la quantité nécessaire le dimanche soir, une nuit au frigo, et hop prêt pour le lundi matin, utilisable 24h (si décongelé sous l’eau tiède c’est seulement 4h.)
Bien sûr, tétées à volonté pendant les périodes ensemble.

Je suis ensuite passée à temps partiel, je ne tirai donc plus que le matin quand je ne travaillais que le matin, et je tirai aussi l’après midi les journées à temps plein. Le Mogwaï a alors grandi, et comme elles la connaissaient désormais bien, les nounous ne me demandaient plus de biberon de secours, ainsi je ne leur donnais plus qu’un biberon par demi-journée, ce qui m’a générée du stock pour le congélateur.
Quand le stock est devenu énorme, il est apparu évident que le tirage du matin suffisait, alors j’ai supprimé le tirage de l’après midi quand je travaillais la journée entière.

Quand arrêter de tirer ? Vous le saurez  !!!

Par petites périodes, elle avait déjà quelques fois refusé les biberons de mon lait, pour y revenir finalement quelques jours après.Plusieurs fausses alertes en somme.

Puis, à 13 mois, j’ai su que c’était la bonne, elle mangeait bien, tétait toujours beaucoup en ma présence, mais savait manger autrement en mon absence, j’ai donc arrêté de tirer mon lait aussi le matin.
Une grande étape, pour nous deux.
J’ai rangé le tire-lait, fidèle compagnon, aide précieuse. Je lui voue une certaine adoration, à cet objet qui m’a permis de maintenir ma lactation, surtout dans les moments difficiles, lors des périodes de jeûne post chirugie l’an dernier. J’avais pris l’habitude de nos têtes à têtes dans l’obscurité de la salle informatique, très climatisée (-ahglaglagla), ces dix minutes où je pensais à ma fille, où je visualisais des cascades d’eau pour m’aider, ces dix minutes où je me coupais de tout.

Je n’ai désormais que les moments délicieux de tête à tête avec ma fille, les tétées de retrouvailles sont plus intenses qu’avant. A la crèche, elle a son repas du midi et ses goûters à base de fruit ou autre. Les jours où je ne bosse pas l’après midi, elle tète encore volontiers au goûter, mais en mon absence, elle prend sa compote sans souci. Je suis contente de ne pas avoir précipité les choses, car c’est elle qui m’a montré que c’était le bon moment. Et quel bonheur de continuer cet allaitement, sans les contraintes du tire-lait, matin, midi et soir (et parfois nuit…).
Avec une bonne organisation, tout est possible, quand on le souhaite.

Par contre, n’oubliez pas que si vous souhaitez arrêter de tirer votre lait, il faut le faire progressivement, en supprimant un tirage à la fois d’abord, puis quelques jours après, supprimer un autre, jusqu’à arrêt total. Il faut laisser votre corps s’adapter en douceur au nouveau rythme et adapter la lactation.

One Reply to “Allaiter en travaillant”

  1. Pas plus :)
    Tout est juste.

Laisser un commentaire

Entrez Captcha ici : *

Reload Image