Les sociopathes du quotidien

Ce moment où quelqu’un te parle, et où tu te dis que non seulement cette personne ne t’intéresse pas, mais que tu n’as rien écouté de ce qu’elle vient de dire.
Avouez, ça vous arrive souvent aussi.

Il semblerait que je possède une facette sociable que je ne contrôle pas, qui fait que certaines personnes viennent me raconter leurs problèmes sans que je n’ai rien demandé.

Ce que je vais dire s’est vérifié dans chaque société où j’ai bossé ces 10 dernières années.

Bref. Un jour, en allant aux wc, je tombe sur Mireille-de-la-société-d’à-côté qui se lave les mains. Je m’empresse d’entrer dans une cabine de toilettes, mais ça ne suffit pas, elle me parle à travers la porte (moi qui pensais qu’on ne faisait ça qu’entre copines en boite de nuit après 3 verres de téquila).
Elle m’assaille alors de questions personnelles auxquelles je réponds par « grommml, mm mm, jkljflkdj » en espérant qu’elle pige qu’elle m’emmerde sérieux là, et qu’elle m’empêche de me concentrer sur ma mission : faire pipi.

Devant mon manque de coopération, elle entame alors un monologue sur elle-même, sa vie, son œuvre. Je pense à posteriori, qu’elle cherchait à gagner du temps avant de devoir regagner son bureau. Je ne vois pas quelle autre raison pousserait quelqu’un à raconter sa vie à une porte de toilettes, si ?

Dans un autre registre, nous avons également celle qui veut être ton amie et qui veut absolument que tu lui dises que ça ne va pas, et qui même si tu lui répètes cent fois que tout va bien, et que ta face ravagée est uniquement due à la fatigue, insiste lourdement à coups de « non mais je vois bien qu’y a un souci hein ». Le souci en effet, connasse, c’est que tu me casses les pieds là. Et même si j’avais un souci, c’est sûrement pas avec toi que j’en parlerai.
A croire que les gens malheureux veulent absolument que tu ailles mal aussi.

N’oublions pas également celui qui se mêle de tout alors que tu ne le connais quasiment pas. Ta coupe de cheveux, tes fringues, ta bagnole…
En général, tu le croises en partant, il t’arrête dans le couloir pour te soumettre à un interrogatoire :
« tu l’as acheté combien ta caisse ? »; « ton mari il bosse où déjà ? » (je te l’ai jamais dit); « tu l’as acheté où ta maison ? ». Questions auxquelles je réponds par: « faut que j’y aille, j’ai un rendez-vous ».

Et pour finir, le gros relou, qui fait partie d’une autre société que la tienne, mais partage tes locaux, et se croit investi d’une mission en te faisant des réflexions chaque soir quand tu pars:  « Déjà ? »

Faites gaffe, ils sont partout. Et vous, ils sont comment les vôtres ?

6 Replies to “Les sociopathes du quotidien”

  1. Ouais je vois bien le genre de relous, le même que celui qui n’arrête pas de te demander à toi, jeune femme sans enfants: » alors, c’est pour quand? »  » vous pouvez pas en avoir? c’est qui? lui? toi? »
    Une seule réponse s’impose alors: « Touches à ton cul, t’auras des verrues!!! »
    Tchou!

  2. On me parle régulièrement dans le métro, alors que je suis plongée dans un très bon livre -_-
    Alors je réponds si c’est une demande d’informations, mais parfois, je n’y coupe pas : les gens me racontent leur vie, leur oeuvre.

  3. Au boulot j’en ai une qui mériterait une blog-note à elle toute seule !!
    Mais sinon, dans la rue je sais pas pourquoi, le taré qui cause tout seul ou le paumé qui cherche la rue Machin, c’est toujours pour ma pomme !

  4. Moi j’en ai une bien épaisse qui vient me parler à l’iufm à 6h30 du mat, mais purée si je suis là aussi tôt et pas dans mon lit c’est pour bosser nom de dieu !!!

  5. j’adore le « déjà???? » :siffle:

  6. Dgé : naaaan, faut dire parle à mon cul ma tête est malade…hum pardon

    Banofee gilr : moi ça me dérange pas d’échanger quelques mots avec les gens à la caisse du supermarché, etc, une blagounette, mais surtout pas les questions intrusives !

    Patate : aaaalllezzzz, fais la nous la blog note :)

    babycakes : forcement si t’es la seule à te pointer si tôt, obligé qu’elle se jette sur toi ^^

    Phyloo : oui, ça te rappelle quelqu’un ? :diable:

Laisser un commentaire

Entrez Captcha ici : *

Reload Image