Montagnes russes

Je change certaines choses ici. Mon pseudo entre autres, je privatise certains billets (si vous tenez à les lire, vous me demanderez le mot de passe via le formulaire de contact), parce que j’ai envie d’être plus tranquille. J’hésite à fermer boutique et rouvrir un blog anonyme, où je pourrais me déverser à foison, mais je suis très attachée à ce blog. Il a plus de dix ans, je l’ai construit de mes blanches mains, il contient une longue histoire. C’est ma piaule.

Alors que faire ? Réussir à se fiche des gens qui me reconnaitraient ? Assumer complètement mon identité numérique ? Continuer à m’autocensurer ?

Je ne suis pas au top de ma forme en ce moment, je suis en train de me noyer dans les méandres de mon propre esprit, à force de remise en question, à force de chercher des réponses, j’aimerais être comme les autres : ne pas me poser de question, avancer dans la matrice comme un bon soldat, ne pas avoir de conscience ou de scrupule, comme tous ces gens qui colportent, qui excluent, ça serait tellement plus simple si comme eux, je pensais avoir raison tout le temps, si j’avançais avec la certitude que le reste du monde est con sauf moi.

Mais non. Je pourrais m’appeler Remise, tellement je passe de temps à me remettre en cause, à me demander ce que j’ai fait de travers, à essayer d’arranger les choses, à débattre avec moi-même de mes paradoxes, à prendre en compte les émotions des autres avant les miennes. Je voudrais parfois être aussi con que certains. Ça doit être chouette d’être bourré de certitudes, d’être persuadé de détenir la vérité unique, et d’être si sûr de n’avoir rien à se reprocher.  Je ne suis pas parfaite, j’aimerais qu’on cesse d’attendre de moi que je le sois. Moi aussi je peux être con. Suffit de demander. J’ai 38 ans, j’essaie d’être plus honnête avec moi-même, d’être plus en phase avec ce que je suis vraiment, et ça ne colle pas aux schémas communs, ça ne fonctionne pas, je marche sur le côté de la route. Je ne comprends pas ces modes de fonctionnement, où tout le monde trouve normal de se jouer la comédie, de ne pas se dire les choses, non décidément ces codes sociaux ne me correspondent pas, je ne les comprends pas.

Alors certes, j’ai la chance de tomber sur des gens comme moi, parfois. Pas souvent. Mais ça arrive. Je fais encore des rencontres qui illuminent mon âme, mais en général ces gens là sont VRAIMENT comme moi, c’est à dire qu’ils aiment la solitude, alors on n’est pas du genre à se regrouper.

Bref. C’est sûr, un long travail de réalisation m’attend, maintenant que je ne reviendrais plus en arrière. C’est beaucoup de bonnes choses d’un point de vue développement personnel, mais ça déclenche aussi une foule de choses moins cool. Dans une société où on sent à côté de la plaque parce qu’on ne fait rien comme les autres, c’est toujours délicat. Je me sens souvent partagée entre ce que je suis, et ce qu’on attend de moi. Plus ça va, moins les deux sont raccords, et plus ça provoque de remous. Qui a dit que la vie était un long fleuve tranquille ?

4 Commentaires

  1. Dragon d'eau dit :

    Ou la la ! Un bisou en attendant de pouvoir te répondre mieux, de mon mieux.

  2. little-dragon dit :

    Coucou
    Bon, désolée, j’ai mis bien bien longtemps à revenir.
    Je suis désolée de voir que tu n’es pas au top ces temps ci, mais je n’ai pas de réponse miracle. Mais c’est sans doute aussi bien, parce que toute réponse à une / des questions personnelles l’est aussi et peut donc ne pas convenir à une autre personne.
    Personnellement, j’ai toujours apprécié ce que tu dégageais à travers tes écrits et j’avoue t’avoir toujours « envié » d’avoir réussi à trouver un partenaire et à fonder une famille. Alors, certes, avoir un partenaire n’est certainement jamais simple (personnellement je n’en sais rien), être responsable de deux jeunes vies est certainement aussi beau que flippant (j’en sais rien non plus) avec tout un tas d’autres qualificatifs dont fatiguant stressant difficile joyeux heureux et que sais-je encore. Mais ce sont des choses que tu as faites, des pierres que tu as ajoutées au monde et à ta propre vie.
    Et donc je suis désolée de te voir en souci comme tu sembles l’être. Tout ce que moi, de l’autre bout de la terre, je peux te dire, c’est que je trouve que tu sembles quelqu’un de drôlement bien : honnête, courageuse, franche, droite.
    Pour le reste, j’ai pas de réponse. Je suppose que, soit je vis dans un milieu protégé, avec peut-être moins de gros connards autour de moi que toi, ou peut-être qu’ils glissent mieux sur moi. Ce que je sais en revanche, c’est qu’il m’arrive aussi de me remettre énormément en question, d’essayer de me mettre à la place des autres et de les faire passer avant moi, mais au final pas tant que ça. Parce que merde, ça sert à quoi ? On n’a qu’une vie, et si on ne pense pas soi-même à son propre bonheur (j’imagine que si j’avais fondé une famille, les membres feraient parti de ce « mon propre bonheur »), et qu’on ne s’attache pas à le préserver, personne ne le fera. A un moment ou à un autre, je pense, qu’il faut savoir s’accorder de l’importance et se faire passer en premier. Pas pour tout, pas systématiquement, mais pour se préserver.

    Et quand j’ai l’impression d’avoir merdé, mal géré un truc, dit une connerie, fait de la peine, j’essaye de prendre du recul et de me dire que partout, toujours, je fais de mon mieux, et que ça ne peut pas toujours marcher. C’est pas évident.
    S’agissant de l’anonymat sur le blog, moi, j’ai fait le maximum pour le protéger, à tel point que quand je relis de vieux articles, je souris de voir comment j’ai envolé mes récits de mystère, à tel point que parfois je ne reconnais plus. Je ne pense pas qu’on puisse être lu par des gens qui vous connaissent et raconter « tout » ce qu’on peut avoir envie de raconter.
    Enfin, tu sais, ce n’est pas parce que tu as l’impression que les autres avancent dans la matrice sans se poser de questions que c’est le cas…
    Voilà, plein de trucs en vrac qui ne font certainement pas avancer ton schmilblick. J’espère que tu continueras à écrire, et j’espère aussi que toutes ces questions ne sont pas indirectement liées à des soucis dans ta vie privée… Je t’embrasse.

  3. little-dragon dit :

    « je voulais dire « envoilé » (entouré de voiles, quoi ! :) ) de mystère…

  4. Anliz dit :

    coucou ! ouhlala je te rassure, ma vie privée va très bien, de ce côté là j’ai clairement pas à me plaindre :-) merci pour ce long commentaire et pour avoir partagé ta perception de ce que je livre ici, c’est intéressant, et assez rassérénant.
    je vais bien, je suis juste je pense à un stade de ma vie où je ne veux plus accepter certaines choses , ni jouer la comédie, je ne veux plus participer à ce jeu de rôle grandeur nature où je ne me reconnais pas. La société nous impose beaucoup trop de normes qui ne sont pas les miennes, je les refuse plus ouvertement aujourd’hui qu’avant. Et forcément, ça passe pas toujours très bien au niveau social, amical, etc. Mais j’ai heureusement un partenaire de vie extraordinaire et complètement en phase avec moi :-D
    Des bises !

Laisser un commentaire