Buffy, the Vampire Slayer – series addict

Buffy. Mon héroïne. C’est un de mes derniers grands kiffs : re-visionner l’intégralité de la série en VO. Car à l’époque, comme beaucoup, je la regardais sur M6 lors la fameuse trilogie du samedi soir. Souvenirs, souvenirs…

Cette série est pour moi la première série à avoir su allier avec autant de brio horreur, fantastique et humour. En redécouvrant les dialogues en VO, je me régale des savoureux dialogues livrés par Joss Whedon.

Chaque fois que j’en regarde un, je me sens mieux après une journée un peu pourrie, grâce à cette image de femme forte renvoyée par la série. Belle, forte, dotée d’une humour à toute épreuve, c’est mon héroïne préférée. Une série qui aide à lutter contre le sexisme.

L’article parle d’ailleurs de l’effet Buffy, qui réduit le stress féminin. Cette série a fait beaucoup pour la cause féministe, son créateur étant un défendeur ardu de l’égalité hommes-femmes.

Le seul hic, c’est sa malchance dans le domaine sentimental, qui donne clairement le sentiment que les femmes fortes effraient les hommes. Une pointe de vérité ?

Ah, le scoobygang, dont chaque membre est important à sa manière. Willow reste une de mes favorites, surtout Dark Willow, quelle BadAss. Quand où elle bascule dans l’horreur en dépeçant vivant l’assassin de sa dulcinée, Tara. C’est aussi la série Buffy qui a offert le premier baiser lesbien télévisuel, (en réalité il y en avait eu un en 91 dans une autre série, mais totalement passée inaperçue, et n’ayant pas le rayonnement de Buffy).

Bref, ce que j’aime dans cette série, c’est qu’on peut avoir peur, rire et pleurer devant un même épisode. Les personnages ont une réelle profondeur. Elle a été souvent imitée. J’ai d’ailleurs vu toutes les saisons de Vampires Diaries (oui, Damon et Stephen sont un bon argument de vente), et même si j’ai bien aimé regarder, je me suis souvent retrouvée à m’agacer devant mon écran en me disant qu’ils avaient repris tout le fil conducteur d’un épisode de Buffy. Cependant, ses créateurs ont admis que Buffy était leur modèle. Faute avouée à moitié pardonnée.

Les épisodes cultes sont nombreux, je n’arrive pas à en choisir un seul, tellement m’ont marquée…the puppet show dans la saison 1, Halloween et Bewitched dans la saison 2, Bothered And Bewildered dans la saison 3, something’s blue dans la 4…Him dans la saison 7, bref il y en a trop.

Cette série en a inspiré tellement d’autres. Retrouver la patte de Joss Whedon dans les Avengers 1 et 2 fut un immense plaisir.

Bref, si vous pensiez que c’était une série pour ados, détrompez vous, il y a bien plus à en attendre. Et elle vieillit très bien….

Quel dommage que Sarah Michelle Gellar ait souhaité s’arrêter à la 7ème saison, il y avait encore tellement d’histoires a raconter…

En attendant, il y a aussi Angel à revoir, le spin off de cette série, de quoi m’occuper un certain temps.

 

Laisser un commentaire

Entrez Captcha ici : *

Reload Image