Nouméaparis a dix ans !

J’étais là à trifouiller le code du blog, revoir le thème, regarder les archives, quand soudain j’ai réalisé que je bloguais depuis plus de 10 ans. Et oui, l’aventure a commencé sur mabulle le 28 mars 2006, et j’ai acheté mon nom de domaine bien plus tard, j’avais alors transféré le blog mais pas tout, et j’avais perdu les commentaires d’ailleurs….
Bref Les 10 ans sont donc largement dépassés.

Il s’est passé tellement de choses depuis. Alors, je me suis mise à relire mes archives. 10 ans, ça fait beaucoup à lire.
J’avais aspiré ma page mabulle à l’époque mais pas moyen de retomber dessus. Et lorsque j’ai migré sur Dotclear (dotclear, put…), je n’avais pas recopié tous mes anciens articles, choix éditorial.

Alors j’ai essayé de me souvenir de la naissance de ce blog. (contexte : j’avais 26 ans). J’ai créé ce blog à une période de ma vie où je vivais une situation sentimentale bof. Désagréable, c’est rien de le dire. Et quand on est jeune, on veut tellement croire qu’on peut aider quelqu’un à aller mieux ou à changer, qu’on en oublie son amour propre, et qu’on laisse n’importe quel gros connard le piétiner et s’essuyer les pieds dessus. Appelons un chat un chat. Bref. 

M’enfin, je pense qu’on a toutes besoin de ce genre d’expérience pourrie pour grandir et apprendre que ce dont on a besoin c’est d’un MEC GENTIL et pas compliqué, qui nous aime pour ce qu’on est, et qui prenne soin de nous.
Bref,en lisant certains de mes billets de 2006/2007, là où vous y verriez de l’humour, des traits d’humeur, un peu de folie, moi je me remémore les soirées de folie et d’insomnie en boîte pour oublier, pour passer à autre chose. Les abus d’alcool (mais jamais de drogue), le manque de sommeil, les questionnements sur ma vie, les nouvelles rencontres de l’époque, mon entrée dans la blogosphère parisienne, les amis d’aujourd’hui qui en sont issus, la dépression que j’ai traversé parce que rentrer au pays à ce moment là me semblait être un échec, sans compter le harcèlement moral d’un petit chef au travail à cette période; la solitude les week-ends quand tous les amis déjeunaient en famille, les factures de téléphone à trois milliards car j’appelais parents ou amis, au loin. J’y repense avec un peu d’émotion, mais pas franchement de nostalgie.

Je relis cette époque où j’aimais encore les soirées entre filles (je vous expliquerai pourquoi c’est plus trop ma came); je me rappelle combien mon facteur me détestait; j’aime toujours autant passer du temps aux wc, c’est juste que j’ai deux enfants qui m’y rendent visite en plus des chats; j’aime aussi encore beaucoup parler de pets et de caca,je reconnais le billet écrit le jour où j’ai décidé d’ouvrir mon coeur au z’homme, je repense à notre déménagement, à tous nos meubles qui ont atterri chez Alexiane à l’époque, aux au-revoirs, à cette dernière soirée parisienne passée chez celle qu’on appelait Miss b. Et celui qu’elle a épousé, à notre installation…

Il s’en est passé des choses depuis… Un mariage, avec un gros tri amical au passage, un nouveau chat dans la famille, l’achat d’une maison, un premier enfant qui est venu balayer toutes nos certitudes tel un ouragan, un troisième chat sorti de nulle part, un deuxième enfant qui a réduit à néant ce qu’il nous restait de principes, en somme, le bonheur nous est arrivé.  

10 ans ont passé, et je suis là où je voulais, avec quelqu’un que je n’aurais pu rêver mieux, et un quotidien qui me comble de bonheur. Ce que je vis aujourd’hui m’a prouvé que le meilleur est toujours à venir, et quand on l’attend le moins, que la vie est ce que l’on décide d’en faire, pur produit de nos expériences et de nos réactions face à ces expériences…Ces dix dernières années, j’ai appris qu’on avait toujours le choix de sa réaction,  le choix de la façon dont on accueillait les évènements bons ou mauvais, et quand on lâche prise sur ce qu’on ne peut pas contrôler, la vie se déroule bien plus aisément. ..

Alors, je fais dix ans de blog supplémentaires, vous croyez ?

5 Commentaires

  1. Sté posner dit :

    Chiche!
    Moi je ne blogue plus non pas par manque de trucs à dire mais par manque de temps mais surtout parce que quand j’ai ouvert mon premier blog il y a fort longtemps comme toi j’étais avec un homme qui allait devenir le père de mes enfants et ces derniers mois un cauchemar ambulant qui essaie de me fliquer partout par désoeuvrement et parce qu’il ne sait pas où il a mal. Alors ta première situation je la vis sauf qu’il ya deux adorables énergiques poussins au milieu que je veux protéger à tout prix

  2. anliz dit :

    Oui, c’est nul quand ça arrive avec des enfants au milieu. Ils n’ont rien demandé à personne, tu as bien raison de les protéger. courage à toi

  3. Pareil, 10 ans au compteur… mais les hasards de la vie ne m’ont pas apporté le bonheur. Bon, tant pis, je ne suis pas malheureuse non plus. Et j’ai une machine à ronroooooooons.
    Rempile donc pour 10 de plus, je te suivrai, où tu iras j’airai, fidèle comme une ombre, jusqu’à destinatiooooooooooon :-)

    (Pardon, c’est l’esprit de Nowel)

  4. anliz dit :

    *HUG*

  5. wcube.fr dit :

    ah Nouméa, ça fait réver !
    Plein de bonnes choses pour la suite ;)

Laisser un commentaire