Débordée ?

Bon, on parlait donc des parents qui n’ont plus le temps de rien. On exagère, te dis-tu ami lecteur sans enfant ? Et bien, laisse moi te narrer ma journée type…

5h35, le reveil de mon téléphone sonne. il ne me réveille pas. Le z’homme l’éteint et met le rappel tout en me disant que c’est l’heure. Ça resonne. Le z’homme me le jette à la gueule, je me lève. Mes deux merveilleux enfants se réveillent en chouinant, et me tiennent à peu près ce langage : »maaaaaamaaaaaann, je veux maaaaaman, ouin ouiiiiinnnnnn ouinnnnnn » alors que j’essaie de me préparer tant bien que mal…le Koala trouve que c’est une bonne idée de m’escalader les genoux pendant que je suis aux wc, le chat N°2 s’enroule autour de mes mollets, après tout, elle n’a pas besoin de respirer la petite dame.

J’avale un petit déjeuner rapide en préparant celui des filles, pendant que le zhomme poursuit le Koala dans la maison pour essayer de lui enfiler ses habits. Le Mogwaï râle sur ses tartines qui ne sont pas assez bien étalées, les chats miaulent et manquent de me faire tomber pour avoir des croquettes, tout va bien, c’est le début de la journée, TOUT BAIGNE.

6h30, je dis au revoir à tout mon petit monde, et je me tire vite fait. Le zhomme a les choses en main (ou pas). Matinée de boulot finie à 11h, je file en mode marathon récupérer le Mogwai à l’école, qui ne mange plus à la cantine pour plusieurs raisons sur lesquelles je ne m’étendrai pas aujourd’hui, bref, il faut la faire déjeuner, aller aux wc, puis la ramener. Puis retourner bosser. Le zhomme m’assiste dans cette mission, c’est lui qui la ramène une fois sur deux.

Après une journée de boulot où se sont mêlés problèmes divers, humeurs changeantes chez certains collègues, ménopause, andropause,schizophrénie certaine, mais aussi quelques résolutions de mini-crises logistiques personnelles telles que : appeler pour un rdv chez le dentiste, penser à commander le menu de la gamelle de la semaine suivante, voir le téléphone afficher « crèche » avec angoisse et s’entendre dire « le Koala a 38, on lui donne du doliprane? Vous venez la prendre quand ? », envoyer la liste de courses à faire par sms au zhomme, renvoyer le devis signé du nouveau deck, réfléchir à ce qu’on cuisinera le lendemain soir, répondre aux mails des autres parents de l’Association des parents d’élèves, se noter mentalement puis l’oublier aussitôt de racheter les pipettes anti-puces des chats,s’en rappeler pile au moment de se garer à la maison, envoyer des mots d’amour au z’homme parce qu’on a envie…
Bref, après cette journée de 20h en 8, je cours, je vole, récupérer le Mogwaï à l’école, où je prends le temps de sociabiliser avec quelques autres parents, pendant qu’on essaie d’amorcer la mission du « tous en voiture, non la mienne, pas la leur, assis toi dans ton put… de siège, oui c’est un gros mot mais arrête de m’énerver, arrête de le plaquer au sol, monte, on va être à la bourre », et hop on part vite récupérer le Koala avant que la crèche ne ferme. Là bas,l’enfant grand, après avoir trainé pour enlever ses pompes à l’accueil, se la joue je connais tout le monde et prend bien le temps de faire la bise à TOUS les fucking accueillants de la structure, et fonce sur sa soeur, qui elle l’esquive habilement pour se jeter sur moi.

via GIPHY

J’essaie tant bien que mal d’écouter le compte rendu de la journée (elle a fait caca, elle a bien mangé, elle a bien rigolé, elle a fait des sculptures sur pâte à modeler, youpi c’était génial, merci au revoir), pendant que la grande en profite pour grimper sur TOUS les toboggans du jardin d’enfant, puis j’amorce cette fois l’opération « barrons- nous vite avant que je fonde un fusible », quand soudain je tombe sur la maman de machin-truc-bidule qui me demande si j’ai bien eu l’invitation pour le gouter d’anniversaire, moment qui permet au Mogwaï de se faufiler dans la partie bateau pirate de l’endroit et c’est reparti pour dix minutes de négo pour qu’elle radine ses fesses par ici sinon je la laisse là (oui, l’éducation bienveillante à cette heure là, tu m’excuseras mais j’ai un peu de mal, je passe en mode chantage honteux).

On monte en voiture; après que le Mogwaï ait retapé 3 fois son code et celui de sa sœur sur le tableau d’enregistrement (oui, ma crèche est moderne), se soit arrêtée pour cueillir des fleurs, se soit assise à la place conducteur, et ENFIN roule ma poule. Direction la maison, où il faut vite Où il faut vite arroser le jardin. Pendant ce temps-là, soit elles jouent sur la balançoire ou le toboggan, soit le Koala reste dans mes bras, ce qui rend l’exercice toujours plus fun…

Reste ensuite à faire rentrer tout ce petit monde dans la maison pour prendre le bain, après que le modèle réduit ait bouffé trois quatre croquettes pour chat au passage, que la grande ait cueilli encore des « fleurs » (mauvaises herbes) et m’en ait fait un bouquet qu’elle tient à ce que je garde près du cœur. 

Déshabillage laborieux dans le couloir, ça y est, elles sont dans le bain, je m’assois sur le lit d’où je peux les surveiller, je regarde 3 minutes 20 d’un épisode d’une de mes séries. Je baisse ma garde une seconde, quand le Koala se saisit d’un jouet qu’elle remplit d’eau et le vide sur le tapis de la salle de bain. Je l’aime.

Sortons-les du bain, essorons-les, le z’homme en général arrive vers ce moment-là en demandant « qu’est-ce qu’on mange ce soir ? » et finit bien souvent par faire la cuisine. Après un repas plein de rebondissements, de nourriture à moitié dans l’estomac, à moitié au sol, après avoir répété 3258 fois au Mogwaï d’aller aux wc et de se laver les mains, vient ce moment tant attendu, le Graal des parents chaque soir, l’heure du coucher.

Bien sûr, ça ne se fait pas en claquant des doigts. On parle d’un rituel long, complexe, qu’il faut revoir périodiquement car l’enfant n’aime pas la routine.

Bref. Vers 21h, 20h30 les bons jours, vient ce moment merveilleux où tu t’asseois …non, tu manques encore de tomber à cause du chat qui réclame à bouffer…tu t’assois  dans le canapé donc…tu lances ta série Netflix, tu te cales dans…..raaaaah tu te relèves parce qu’un chat miaule comme un damné pour sortir et que le principe de la chatière lui échappe encore. Rognttttidju. Portier pour chat, bonsoir.

Bref. Tu te cales dans le canapé, tu lances Gotham…..

 Et tu t’assoupis comme une merde au milieu de l’épisode, en bavant sur l’épaule de ton conjoint qui pionce aussi. 
Avantage : une saison d’épisodes dure plus  longtemps si tu la regardes en 48 fois. 

5 Commentaires

  1. Cathychou Cathychou dit :

    Que c’est bon de vous lire à nouveau ! :D

  2. Eric dit :

    Et sinon, tu pars quand en vacances deux semaines en amoureuse juste avec ton homme ?
    Ok ok ok ok je sors…

  3. anliz dit :

    Merci :-)

  4. anliz dit :

    C’est tous les jours qu’on est en amoureux :)

  5. Marion dit :

    hey welcome back, tu me donnes envie d’en faire autant ! J’ai intégré le monde des parents de deux enfants, d’ici qques mois je repasse par ici hein !

Laisser un commentaire