Et si on essayait de trouver le temps ?

IMG_1233

Pendant les 3 premières années de ma fille ainée, mon temps, notre temps, a été plus que largement consacré à sa petite personne, à notre petite famille, et le reste de temps était pour le boulot, la maison, et…euh, voilà.
Nous n’étions pas malheureux du tout de cet état de fait, bien au contraire, comblés que nous étions. Il y a un temps pour tout, c’est tout. Arriva alors le moment où ma grande est devenue plus autonome, même si la petite dernière venait d’arriver, c’était le bon moment pour moi de reprendre une ou deux activités extra-professionnelles-extra-parentales.
J’ai commencé par le sport, sur un coup de tête, j’ai décidé d’essayer cette petite salle sans prétention près de chez moi, qui a l’avantage de proposer des abonnements à la carte, au cours, à la semaine, au mois, au trimestre, ou à l’année. Un truc sans engagement, youpi, je fonce !
Faut dire que les salles de sport, je connais, rien que sur Paris j’en ai fait trois rien que pendant mes études. Alors à Nouméa, à mon retour, j’en ai testé deux, plutôt dans les quartiers Sud, et je n’y ai pas fait long feu. 
Trou de 5 ans sans sport dans ma vie. Ça fait long. Je ne suis pas devenue grosse pour autant, juste un peu molle certes. Allez, en gros, soyons honnêtes, après mes 2 enfants, j’ai rapidement reperdu mon poids de grossesse sans trop me fouler (mon docteur dit que je suis d’une nature qui brûle tout, ça doit être le côté petite nerveuse).
Un beau jour, j’ai donc annoncé au Z’homme que j’allais tester la petite salle du coin, et qu’il devait rentrer plus tôt pour garder les naines. Il a dit oui, sans savoir que c’était le début de nombreuses soirées babysitting pour lui…
J’ai rencontré avant tout une personne, passionnée par ce qu’elle fait, et capable de transmettre sa bonne humeur et sa pêche. Depuis, j’y vais 3 à 4 fois par semaine, pour y retrouver une ambiance, des copines, une petite bande quoi. Je n’avais jamais autant sympathisé avec des gens dans une salle de sport. Et pour cause, ici, personne ne se regarde, certaines viennent en vieux tee-shirt publicitaire, en jogging, d’autres en vêtements de marque, on a de 18 à 60 ans, on est mince, on est en surpoids,  on a mal aux genoux, on n’a aucune coordination, ni sens du rythme, bref, un échantillon de population bien diversifié, socialement, ethniquement, tout ce que je ne trouvais pas ailleurs.

Moi qui avait juré de ne jamais faire de ©Zumba, j’ai fini par céder grâce au style inégalable de Desthy. C’est bien simple, même si tu danses comme un poulet à trois pattes, personne n’y prête attention ou alors on en rigolera ensemble quand on se connaitra un chouia mieux. Pour les pilates, même esprit, chacun a son rythme, on ne fait que ce qu’on peut, et personne ne viendra crier dans tes oreilles « allez ! Plus haut ! Plus fort ! Encore! » façon camp militaire. C’est pas le genre de la maison. On se charrie entre habitués, mais on n’embête pas les petits nouveaux. Ambiance toujours garantie. 

Bref, une salle cosy, à venir découvrir, surtout qu’elle fait des promos pour le 2ème semestre, et qu’en plus du Fitness, elle propose aussi des cours de danse (Dancehall, Bootyshake, Raggaball, …). C’est par ici : Néofit

Dans ma vie de maman qui travaille, c’est ce qui m’a permis de repenser à moi, de faire quelque chose pour moi, qui m’apaise, me permet de m’évader, de me sentir bien dans ma peau. Le midi, je préfère mille fois faire de la route pour aller bouger et libérer des endorphines, que de rester au bureau écouter les ragots. C’est mon moment à moi, mon espace de liberté. Parfois, je traine la patte pour y aller, mais une fois sur place, elle me redonne toujours la banane. Bien sûr, on va pas se mentir, avoir perdu une taille, et retrouver mon corps d’avant grossesse, m’ont motivée à continuer

oui, la vérité, je fais tout ce sport pour continuer à me goinfrer en toute quiétude
oui, la vérité, je fais tout ce sport pour continuer à me goinfrer en toute quiétude

 

Et puis. Au bout de 2 ans, j’ai eu envie de plus. Alors j’ai pris un autre abonnement pour avoir accès à d’autres choses comme le RPM, le body combat, et surtout des équipements me permettant de m’entrainer en solitaire. Oui, je suis abonnée à deux salles. Ça coûte cher, me diras-tu. Oui et non. Si on calcule bien, l’argent que je ne dépense pas en restaurant pour déjeuner avec des copines, paie largement l’un des deux forfaits. Et ces moments à moi m’apportent, en ce qui me concerne, bien plus qu’un déjeuner…Je sais, ça fait asociale, je sais. Mais j’assume. Il m’arrive bien sûr de zapper une séance pour voir une amie chère. C’est comme ça, j’ai besoin de ma dose. La raison est assez simple, pas besoin d’être fin psychologue. Me dépenser autant, garder mon corps tel que je l’aime tout en mangeant ce que je veux, c’est quelque chose que je contrôle, et dans un monde où on ne maîtrise rien, c’est salutaire d’avoir une chose sur laquelle on peut exercer un contrôle. A chacun ses névroses.

C’est comme ça que je me retrouve parfois à courir trente minutes juste après le boulot et avant de récupérer mes enfants, pour évacuer le trop plein de la journée. Ca me rend plus disponible ensuite pour elles, moins sur les nerfs, moins impatiente. Au début, je culpabilisais de leur enlever ce temps, puis j’ai réalisé à quel point le temps passé ensuite ensemble était de meilleure qualité. On pense toujours qu’on n’a pas le temps, que ça va être compliqué, mais quand on a un partenaire qui s’organise pour que ça soit possible, et qu’on le veut, on y arrive.

Alors, sport, tricot, activité artistique, peu importe, je pense qu’il est important de décider de prendre du temps pour soi quand on est parent. Et pour moi, ça veut d’abord dire du temps seule. Je passe mes journées de travail dans un open space, pour retrouver une maison très animée, alors avoir des moments où personne ne me parle, c’est un luxe. D’où ma préférence pour le sport au détriment des déjeuners entre filles. 

Et vous, un exutoire ? 

5 Commentaires

  1. little-dragon dit :

    J’ai fait beaucoup de sport en salle quand j’étais à l’étranger pour raisons professionnelles, récemment, et me suis du coup réinscrite à une salle ici, mais j’ai du mal à y aller suffisamment souvent à mon goût. Je suis en cours d’apprentissage ou de tentative d’apprentissage à ne plus laisser le boulot bouffer ma vie privée et mine de rien, c’est pas si simple… Cette année, je m’étais aussi inscrite à la danse classique. C’était sans doute idiot, parce que j’approche des 45 ans, et que je sais très bien que commencer ce sport là à cet âge là est un peu illusoire. En plus je déteste la musique classique. Mais ça m’évoque un idéal de grâce et j’avais envie d’en faire. J’ai été un peu déçue, parce que j’ai manqué une partie de l’année pour cause de déplacement professionnel, et que ma prof a supprimé une partie des séances que je suivais… Alors je changerai peut-être d’école de danse l’an prochain, mais je pense que je continuerai le sport en salle et la danse, en partie pour les mêmes raisons que toi :)

  2. anliz dit :

    Alors tu mets le doigt sur un truc que je connais Bien : le cas où tu trouves un truc qui te convient mais qui est supprimé soudain au planning ou déplacé sur un créneau inaccessible pour toi. C’est un vrai défi de trouver quelque chose qui nous plaise etnqui rentre Dans nos emplois du temps

  3. Hey zumba-girl, dans mes bras ! :-)

  4. Fleur2palmier dit :

    Mais comment faites vous les filles pour le sport en salle?
    Perso j’en ai testé un certain nombre mais non vraiment ce n’est pas pour moi. Rien ne vaut mes 45 minutes à une heure de course dans les bois (dans le genre asociale je peux jouer je crois )
    Mon seul souci maintenant c’est que pour le bien de mes genoux, il faut que je fasse du renforcement musculaire en plus de la course et pour cela je vais être obligée de retrouver soit un club de course, soit une salle…

  5. anliz dit :

    coucou, bonjour la réponse tardive !
    Madame Patate : hihi

    Fleur2palmier : ben écoute, avant j’aimais pas, mais ce petit club très cosy que j’ai trouvé me plait vraiment bien, et le dynamisme et la bonne humeur de la prof jouent beaucoup

Laisser un commentaire