Se reconnecter à la vie réelle

En lisant cet article , j’ai de nouveau réfléchi à ma manière d’utiliser internet. Pour ma part, je ne pense pas qu’il faille tout couper d’un coup. Ça serait jeter le bébé avec l’eau du bain.

Quand je suis revenue en Calédonie, j’ai rapidement et facilement déconnecté. Le décalage horaire aidant, mais surtout une vie quotidienne bien remplie et une envie d’être plus souvent le nez dans l’eau que sur un écran. Puis, tout simplement, un entourage absolument pas porté sur ces choses-là, donc personne le nez sur twitter en soirée, alors mon Iphone restait tranquillement dans mon sac.

Pas de métro, ou de bus à prendre, ça en enlève des créneaux de connexion. Ainsi, la déconnexion a été aisée et appréciée; et à la place…je vis. Je me rends compte que mon rapport à l’internet a bien changé. Le virtuel m’a beaucoup apporté, mais arrive un moment où il faut l’abandonner pour mieux profiter de la vie.

Malheureusement, se déconnecter signifie aussi pour certains la rupture de liens. Pourtant, en ce qui me concerne, quand je veux prendre des nouvelles de quelqu’un, c’est simple : je l’appelle ou je lui envoie un email. Je n’attends pas que la personne mette à jour son statut facebook ou twitter. Certains ne donnent de leurs nouvelles que par ce biais, dommage.
Quel bonheur pourtant de découvrir dans sa boite mail le matin, un looooong mail de quelqu’un qu’on apprécie. Quelle jolie manière d’apprendre à se connaître aussi. De personne à personne. Plutôt que sur les réseaux, au milieu d’une foule d’inconnus.

Bref.

Après donc de longs mois de sevrage, je me suis reconnectée en douceur, uniquement via l’iphone, car chez nous le soir pas d’ordinateur allumé.

Je lis mon flux twitter quand j’ai du temps à perdre (dans une file d’attente, aux wc, oui j’assume, mais jamais au détriment d’une autre activité ou de quelqu’un). Je ne remonte que sur les dernières 24h, parce que sinon ça serait trop long. Idem pour Facebook dont je zappe quand même la majorité des publications. Je les masque même…

Je lis mes flus rss une fois par semaine en moyenne, voire toutes les deux semaines, tout dépend de mes occupations. Si j’en ai trop en retard, je les marque tous comme lus, à l’exception des blogs d’amis. Hors de question d’y passer trop de temps. La vie est trop courte pour la gaspiller ainsi.

Et j’alimente mon blog quand j’ai une envie d’écrire, le temps de le faire, mais plus jamais pour le remplir à tout prix.

Le seul pseudo réseau qui n’est pas chronophage, et m’apporte beaucoup de petits bonheurs, c’est Path. Il est vite fait de regarder une photo, d’y ajouter un smiley, surtout quand on y a que 10 personnes. C’est mon réseau idéal, parfait, aucune place pour les débats, aucune place pour l’animosité, juste de la bonne humeur partagée, des petits moments de la vie…
Si je ne devais un jour n’en garder qu’un ça serait celui-là !

Finalement j’utilise désormais tout ça comme un bonus, un à côté divertissant, mais je ne laisse plus le virtuel prendre trop de place dans ma vie. Au grand bonheur du z’homme… :-)

4 Replies to “Se reconnecter à la vie réelle”

  1. Oui bon en meme temps un iPhone c’est un computer hein :-P

  2. Je reste toujours dépendant du net à 100%, mais pas du tout des réseaux. C’est même marrant de constater qu’il y a 3 ans quand je disais que j’avais supprimé mon Facebook, toute le monde me demandait comment je faisais pour vivre. Maintenant j’ai droit à un « T’as bien raison ». Peut-être que l’amour de Facebook dure 3 ans lui aussi? Ca devient même un peu beauf on dirait.

    Mais bon, une pensée pour ceux qui habite dans des endroits hostiles, je ne leur en veut pas de Facebooker ou de WoWer à longueur de journée quand l’alternative c’est de sortir dans Sarcelles ou de mourir d’ennui ou de froid.

  3. Ceecee : :grrr:

    Gentil salaud : ça devient pas, c’est carrément beauf. Je garde mon facebook pour faire plais’ à ma belle-mère pour qu’elle ait un peu de news. :-8

  4. GaChoue dit :

    Tout à fait d’accord pour Path. Et si je ne devais en garder qu’un…

    J’aime FB uniquement pour les commentaires (Et c’est rare).
    J’aime twitter car il me tient informée de choses que j’entendrais à la machine à café si on en avait une.
    J’aime les flux car ça m’évite de surfer au hasard pour trouver ce qui m’intéresse. Mais tout passe souvent en LUs directement. Trop chronophage…
    J’adore les mails, mais j’en reçois beaucoup trop peu… Alors je compense avec les SMS, mais c’est beaucoup moins satisfaisant.

Laisser un commentaire

Entrez Captcha ici : *

Reload Image